Le Père Goriot

Balzac (1835)
Oeuvre majeure dans l’élaboration de la Comédie Humaine 

Morceau choisi: Morgane de toi de Renaud

Le Père Goriot c’est l’amour paternel poussé à son paroxysme, jusqu’à en être ridicule. C’est aussi un panorama de la société française sous la Restauration, du petit peuple aux bals aristocratiques avec quelques personnages clés, souvent caricaturaux.

L’histoire du Père Goriot, c’est l’histoire d’un père avant d’être celle d’un homme. Un homme qui avait tout pour passer une retraite paisible: vermicellier ayant fait fortune, il a deux filles mariées à de riches partis qui évoluent dans la haute société parisienne. Alors pourquoi ce pauvre homme croupit-il dans la modeste pension Vauquer, tenue par une propriétaire acariâtre? Le drame de cet homme, c’est son amour invétéré pour Delphine et Anastasie, ses enfants. Il n’a d’yeux que pour elles, ne supporte pas l’idée que l’une ou l’autre puisse connaître une contrariété et se saigne aux quatre veines pour leur bien-être. Entrevoir ses filles, pouvoir caresser leurs cheveux, les entendre l’appeler « papa », voici à quoi se résume le bonheur pour Goriot. Mais même cela, elle le lui refusent. Menant la grande vie dans Paris, paradant de bal en bal, elles ont honte de ce père misérable, de ce qu’il est devenu. Car Goriot qui leur a tout cédé, n’a plus rien pour lui. Sa fortune s’amenuisant, le voilà contraint de loger chaque année un étage plus haut dans la pension Vauquer, véritable ascenseur social inversé. Chez Madame Vauquer, les riches logent en bas, dans les beaux appartements, tandis que les pauvres dorment dans les combles. Et Goriot passe par tous les étages, son ascension allant dans le sens contraire de ses économies.

Voilà pour l’histoire de ce malheureux père Goriot. Un brave monsieur, privé de sa dignité, privé d’amour par ses filles mais qui lui, en déborde. Son amour l’aveugle, il manque de discernement. S’il découvrait le véritable visage de ces filles, il en mourrait.

Compagnons de misère de Goriot, d’autres pensionnaires vont et viennent dans la maison Vauquer: Eugène de Rastignac, jeune homme fraichement débarqué de province et désireux de connaître le faste de l’aristocratie parisienne. Son attrait pour les mondanités ne l’empêche pas de rester un brave garçon, avec sa sensibilité et sa naïveté. Aux antipodes de Rastignac, on trouve Vautrin. Vautrin c’est un personnage trouble, mystérieux, qui ne fait pas grand cas d’une vie humaine.

Au sein de la pension se nouent des passions, des intrigues qui rapprochent certains personnages et font s’en éloigner d’autres. La pension Vauquer reflète une vie parisienne dont Balzac grossit volontairement le trait. Le Père Goriot est un roman réaliste mais souvent exagéré. Si Goriot n’était pas si attachant dans son désespoir, on s’en moquerait bien volontiers. D’ailleurs, Balzac sait nous faire rire: Vautrin dans un échange avec Rastignac lui dit « Si je n’ai pas d’enfants (cas probable, je ne suis pas curieux de me replanter ici par bouture), eh! bien, je vous léguerai ma fortune… ». Une métaphore botanique par ci, un comique de gestes ou de situation par là et il en va ainsi de tout le roman.
Tout au long du récit, j’ai pu me représenter chacun des personnages, chacune des situations et ce, grâce à la plume de Balzac. Il semble avoir fait de ce roman une pièce de théâtre. Une pièce de théâtre qui en comporte tous les éléments: des personnages aux traits caricaturaux (Goriot en père excessivement aimant et tremblant constamment pour ses filles, Madame Vauquer qui n’est pas sans rappeler les Thénardier d’Hugo, les filles de Goriot symboles des progénitures de notre jet-set actuelle etc), des indications scéniques, des didascalies, tout y est!

Cette dimension théâtrale confère au Père Goriot une dynamique qui traverse le roman tout entier et qui en fait un livre que l’on dévore d’une traite.

Publicités

Une réponse à “Le Père Goriot

  1. Pingback: Quand la musique est bonne « litte100rature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s