De grandes espérances

Charles Dickens (1861)

De Dickens, je connaissais Oliver Twist, David Copperfield et quelques autres, mais je n’avais jamais entendu parler du jeune Pip et de ses « grandes espérances ».

C’est en fait en lisant Le Jeu de l’ange de l’espagnol Carlos Ruiz Zafon que j’ai fait la découverte de ce livre. Le roman ibérique est en effet parsemé de maintes références à l’oeuvre de Dickens et « De grandes espérances » s’avère être le livre clé de David Martin, le personnage principal.
Ces allusions au roman ainsi que sa présence dans la liste des 100 oeuvres classiques incontournables m’ont décidée à me plonger dans sa lecture.

De grandes espérances raconte l’histoire de Pip, un jeune orphelin élevé par sa soeur, despote sur les bords, et son mari Joe, forgeron au grand coeur. Promis à une vie rurale, destiné à reprendre la forge de son oncle, Pip n’a pas encore idée de ces « grandes espérances ».
Une nuit, il fait la rencontre d’un forçat qu’il aide en lui fournissant des vivres et en le libérant de ses chaînes afin qu’il s’évade. Plus tard, il est appelé par Miss Havisham, une veuve vivant recluse dans son immense demeure de Satis House pour la distraire quelques jours par semaine. Là-bas, il rencontre Estella, la protégée de la veuve, dont il tombe éperdument amoureux. Malheureusement, la beauté de la jeune fille n’a d’égal que sa froideur. C’est à ce moment que Pip commence à espérer. Il est certain que Miss Havisham le fait venir dans l’idée de le marier, quelques années plus tard, à Estella. Et lorsqu’il est appelé à Londres à la tête d’une fortune léguée par un inconnu, il se figure que c’est encore un plan de Miss Havisham, qui cherche à faire de lui un gentleman avant d’en faire le mari d’Estella.

Dans la capitale, Pip fait différentes rencontres et en vient à oublier ses anciens amis et à mépriser Joe, condamné à rester un modeste forgeron toute sa vie. Il se laisse aller au faste de la grande vie, dilapide sa fortune et délaisse ceux qui ont toujours été là pour lui.

Pourtant, un évènement majeur va venir changer la donne et ramener Pip à son ancienne vie et à ses anciens et véritables amis.

De grandes espérances est un livre plein de mille et uns personnages, tous hauts en couleurs et qui donnent au récit tout son piment et son allant. Qu’il s’agisse de la colérique Mrs Joe, de son époux protecteur et travailleur ou encore de la sombre et mélancolique Miss Havisham, tous les personnages présents dans le roman se font la caricature de la société anglaise du XIXème siècle. Dans ce récit, on retrouve une organisation très manichéenne avec le vrai méchant, le vrai gentil, l’hypocrite, le naïf etc. Mais ces types sont emmenés par une histoire vivante et souvent plaisante.
Les situations dans lesquelles se retrouve Pip tiennent souvent du rocambolesque et l’humour du narrateur contribue à rendre le récit léger.
On lit, par exemple:
«  Comme il avait besoin que les chandelles fussent près de lui, et comme il était toujours sur le point d’y mettre soit sa tête, soit le journal, il demandait autant de surveillance qu’une poudrière. » (chap. 37, pp 385)
Ou encore:
 » J’ai été mis sous clef aussi soigneusement qu’une théière d’argent » (chap 42, pp 440)

La force de ce roman tient aux tons pris par les différents personnages. Ils incarnent tous un type bien précis et Dickens parvient à moduler les mots qu’il fait dire aux uns et aux autres. Ainsi, alors que Miss Havisham nous plonge avec elle dans une torpeur sans fin, Estella nous glace le sang par son indifférence et Abel Magwitch, le forçat, parvient à nous faire rire.
De plus, le récit est rendu plaisant par les surprises qui attendent Pip tout au long de l’intrigue. Les « grandes espérances » qu’il a au début de récit changent au cours de celui-ci et sa perception des hommes également.

En conclusion, De grandes espérances est un roman plaisant, vivant et frais. Pip n’agit pas toujours bien mais sa bonhomie l’emporte sur ses erreurs et en fait un personnage attachant. Une jolie découverte.

Publicités

Une réponse à “De grandes espérances

  1. Je ne pensais pas qu’un jour j’aurais envie d’essayer un Dickens ! Tout arrive, belle présentation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s