Pages noircies

A demi-mot

Les bruits de pas sur le plancher se perdent peu à peu dans le craquement des feuilles jaunies.

Le silence flotte lourdement en cette fin de journée.
Le fantôme sans est allé.
Aucune trace de son passage.

Iris noisettes qui tâtonnent à la recherche de l’eau-de-vie, sitôt repris par le Soleil.
Ce même soleil de mai baigne déjà la vie et déjà je n’en suis qu’à moitié inondée.
« La lumière se partage mal. »

Rêvons-nous funambules. Pantins de chair, farouches et maladroits, nous manquons à chaque pas de couler dans la nuit, mais la farandole est belle, ancrée dans la lueur.
Vivre à pouvoir estomper, glisser dans la mouvance de son clair-obscure, jusqu’à en inverser les tons.
Mais non,
L’esquisse est à l’artiste seul, petit funambule sans filet.
Soyez celui de vos enfants. S’ils tombent, et ils tomberont, ramassez-les. Insufflez en eux assez de lumière de sorte que jamais ils ne piétinent.
Qu’ils soient toujours en équilibre, même précaire.

Le spectre, à défaut d’être père, n’a pas compris.
Mon filet à moi a plein de trous.
Je tombe et me rattrape drôlement.

————————————————————————————————–

Eclats de vie

Elle l’attendait depuis si longtemps cet abandon des corps, cette apothéose qui, à n’en pas douter, les transcenderaient.
Combien d’averses tombées à croire qu’il caressait ses seins, l’étreignait par delà son être, mêlant leurs cheveux jusqu’à nouer dans l’invisible l’effluve de leurs âmes?
Elle l’aimait, c’était certain.

Chevauchée sur lui, cavalier déchu mais brûlant d’un plaisir redécouvert, il se laissait mener vers des sommets d’enivrement.
Elle, savourait ce qu’elle ne rêvait plus; elle vivait! Son dos, ses mains, autant de miel à recueillir. La douceur d’une danse les enveloppant soudain, leurs corps ondulaient, libérés, sous des perles de nuit. Chercheurs d’or, ils partaient, toujours plus fous, à la découverte de la lumière de l’autre. Amants comme jamais, ils rayonnaient.
Partitions envolées, sous ses doigts, son corps frémissait d’un désir indicible; elle en aurait crié d’amour.
De toujours nue et fragile, la chaleur de son corps la protégeait désormais de la face puante du monde. Elle pouvait se lever, armée jusqu’au coeur, il resterait en elle.

Promesse d’idéal.

Quand les rideaux épais de velours violine laissaient pénétrer les premiers bruits de la rue, mêlés au sucre de sa peau, elle ne cessait de le redécouvrir, la tête sur son épaule, une main l’embrassant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s